Hépatite C en Suisse : Tout n'est pas encore sur la bonne voie

Nos commentaires sur la dernière analyse dans le Bulletin de l'OFSP

Hépatite Suisse accueille favorablement la nouvelle évaluation détaillée du système de déclaration de l'hépatite C. Les chiffres stagnent à un niveau élevé ou ne baissent que légèrement. De plus, le fardeau de la maladie est élevé.

- Cas aigus : Les rapports sont à un faible niveau. Toutefois, il convient de noter que tous les cas ne sont pas signalés ici, et de loin. Seuls les cas aigus symptomatiques à peau jaune sont rapportés. Cependant, cela ne se produit pas dans une grande proportion de nouvelles infections.

- Cas chroniques : Il est inquiétant de constater que le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année, qui s'élève à environ 1 300, est élevé et ne diminue que légèrement. On estime également que jusqu'à 40 000 personnes vivent encore avec l'hépatite C en Suisse. Un tiers d'entre eux ne sont pas diagnostiqués. Il faut les trouver et les traiter.

- Le fardeau de la maladie est élevé. Les 200 décès dus à l'hépatite C par an sont trop nombreux. Comme pour les cas aigus, on peut également supposer que tous les décès ne sont pas enregistrés ici : Les chiffres peuvent être jusqu'à cinq fois plus élevés, comme le montre l'étude, dont l'OFSP a adopté la méthodologie pour son évaluation. L'hépatite C n'est pas systématiquement enregistrée comme cause de décès en Suisse : Des personnes meurent des suites de maladies secondaires de l'hépatite C, comme le cancer du foie ou l'insuffisance hépatique, qui figurent alors sur le certificat de décès.

- Groupes à risque : D'une part, il y a des lacunes dans le dépistage et le traitement des groupes à risque comme les utilisateurs de drogue. Malgré des recommandations appropriées, tous les consommateurs de drogues injectables ne sont pas régulièrement testés. Selon tous les rapports, ce groupe représente environ la moitié des personnes touchées. Nous ne savons pas où se trouvent les autres cas non diagnostiqués.

Conclusion : En raison des possibilités disponibles aujourd'hui pour tester et traiter l'hépatite C, chaque cancer du foie, chaque greffe de foie et chaque décès dû à l'hépatite est un cas de trop. Par conséquent, il reste encore beaucoup à faire. Surtout si nous voulons éliminer l'hépatite C d'ici 2030, comme le prévoient l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la stratégie suisse contre l'hépatite.

OFSP-Bulletin 45/19: Hépatite C en Suisse, situation épidémiologique 2015 - 2018

Revenir