Les médicaments contre l’hépatite C bientôt disponibles pour tous

Fin de la limitation

Le 1er octobre verra la levée de la restriction liée au remboursement d’autres médicaments contre l’hépatite C. Pour la première fois, ce sont donc tous les patients et patientes qui pourront être traités, indépendamment du type de virus et de la progression de la maladie. La Stratégie hépatite suisse s’en réjouit et voit cette évolution comme un aboutissement de son travail.

La restriction liée au remboursement des médicaments contre l’hépatite C du fabricant Gilead sera levée le 1er octobre 2017. Harvoni et Epclusa pourront désormais être prescrits à tous les patients et patientes souffrant d’hépatite C, indépendamment de l’atteinte du foie. Une nouvelle étape est ainsi franchie, après la mise à disposition de Zepatier pour toutes les personnes concernées le 1er juillet et la levée de la restriction pour Viekirax/Exviera en date du 1er août. La suppression de la limitation s’est accompagnée dans chaque cas de baisses de prix substantielles qui sont attendues également dans le cas des produits Gilead.

La libération de ces produits permettra de traiter tous les génotypes de l’hépatite C et à tous les stades, ce qui est synonyme de guérison très probable pour tous les patients. Ce sont là d’excellentes nouvelles pour eux et cela représente un pas important vers l’élimination de l’hépatite C en Suisse.

L’Office fédéral de la santé publique avait en effet frappé les nouveaux médicaments hautement efficaces d’une limitation : en raison de leur prix élevé, les traitements n’étaient remboursés qu’aux patients dont la maladie du foie était à un stade avancé.

La levée de cette limitation satisfait à l’une des revendications majeures de la Stratégie hépatite suisse. Cette dernière n’a eu de cesse de réclamer l’accès pour tous aux médicaments contre l’hépatite C, incitant l’OFSP à négocier et l’industrie pharmaceutique à baisser ses prix. En effet, à cause de ces restrictions d’accès, de nombreux patients ne présentant pas une fibrose à un stade avancé, mais souffrant néanmoins de la maladie, ne recevaient pas le traitement. Or il est prouvé que les personnes atteintes d’hépatite C présentent un risque accru de maladies cardiovasculaires, de diabète et d’autres maladies chroniques.

La Stratégie hépatite suisse voit aussi cette évolution comme un aboutissement de son propre travail. Mais l’hépatite n’est pas encore vaincue en Suisse. Il s’agit maintenant de dépister les personnes atteintes d’hépatite C et de les amener à se faire traiter. En effet, la moitié des quelque 40'000 personnes atteintes en Suisse ne sont pas au courant de leur infection.

 

 

Revenir